François Truffaut - Le Cinéma des Cinéastes | madelen
série

François Truffaut - Le Cinéma des Cinéastes

1 saison — 1976-1984

Incarnation d'une passion débordante pour le cinéma, François Truffaut a laissé derrière lui des films, des critiques, des livres, mais aussi de mémorables entretiens radio. De 1976 à 1984, l'homme vient souvent "donner des nouvelles" dans l'émission emblématique de France Culture, Le Cinéma des cinéastes, où il retrouve un autre "passeur" boulimique, Claude-Jean Philippe. 

Lecture
1ère partie

Première apparition du cinéaste dans l'émission, où il viendra régulièrement commenter ses nouveaux films, évoquer ses souvenirs et livrer ses "trucs" de réalisateur... Déjà célébré partout dans le monde et auréolé d'un Oscar, Truffaut évoque ici sa découverte de la salle de cinéma à l'âge de 6 ans, les chansons de Trenet, les filmographies découvertes pendant la guerre...

2ème partie

Pour sa nouvelle venue dans l'émission, le réalisateur raconte son après-guerre : la découverte des films américains à la Libération, le contexte culturel de l'époque, sa rencontre décisive avec son père de cinéma, André Bazin...

3ème partie

Le cinéaste raconte ses années "Cahiers du Cinéma" : il évoque les piliers de la revue (André Bazin, Éric Rohmer, Alexandre Astruc), la naissance de la cinéphilie avec l'émergence des ciné-clubs, son article décisif sur La Règle du jeu de Jean Renoir, sa contribution à la revue de Jacques Laurent, "Arts"…

4ème partie

L'auteur revient sur son film L'homme qui aimait les femmes, sur lequel il a planché pendant les longues heures d'attente du tournage de Rencontre du 3ème type : la construction du personnage joué par Charles Denner, l'importance du canevas policier pour bâtir l'intrigue, l'importance du mouvement dans l'imaginaire érotique, son sentiment d'urgence de tourner en dépit du surmenage...

5ème partie

Dans cet épisode, c'est de La Chambre verte dont il est question. Mais on découvre surtout le quotidien d'un cinéaste au travail : il évoque avec passion l'intensité et l'excitation éprouvées sur les tournages, son désir de continuer à tourner vite pour rattraper "le temps perdu", sa conviction que la perfection est illusoire au cinéma et que les films respirent d'abord par leurs défauts...

6ème partie

Le réalisateur profite de la sortie de L'Amour en fuite pour évoquer son compagnonnage avec Jean-Pierre Léaud, et son double à l'écran en la personne d'Antoine Doinel : le côté très enfantin du personnage, son rapport à l'humour noir, la part de légèreté et de gravité dans ses films, le recours aux flash-backs dans ce long-métrage qui signe la fin du cycle Doinel...

7ème partie

François Truffaut profite de la ressortie de Jules et Jim (1962) pour revenir sur cet épisode important de sa carrière, récit "écrit par un vieil homme et filmé par un jeune homme". Il évoque aussi comment il a traité le thème de l'amitié alors qu'il est d'ordinaire plus familier avec la solitude. Il réagit aussi à la mort d'Alfred Hitchcock, son maître de cinéma.

8ème partie

Pour l'un de ses derniers passages dans l'émission, Truffaut est interrogé sur la sortie de son film Le Dernier Métro, succès au box-office qui documente le Paris de l'Occupation (une période qu'il qualifie de "bizarre"). Il parle des difficultés rencontrées pour construire le film, le lyrisme qui s'en dégage, raconte son travail avec Deneuve, Depardieu, Poiret, Ferréol...

9ème partie

À l'occasion de la reprise de Tirez sur le pianiste, réalisé 20 ans avant, François Truffaut est pour la dernière fois invité de l'émission. Il évoque le manque d'homogénéité du film, l'échec public rencontré à l'époque, sa difficulté à le revoir en raison du grand nombre d'acteurs morts depuis. Il évoque aussi son rapport à la Série Noire et la littérature américaine.

10ème partie

À 4 jours d'intervalle, le monde du cinéma pleure la mort de François Truffaut et celle de Pascale Ogier. Suzanne Schiffman et Jean Narboni évoquent avec émotion le cinéaste, invité régulier de l'émission : son importance dans le paysage culturel, son absence totale de narcissisme, mais aussi son besoin de maintenir une certaine distance avec son entourage...